Repérage des JMJ en Pologne

 
 
 

Samedi 18 Juillet

C’est à l’aube de ce frais matin de juillet que l’équipe de repérage des JMJ du diocèse du Mans mit le cap sur la Pologne, après une magnifique célébration en la crypte de Notre Dame du Pré. L’équipe se composait de Marie , la brillante et pétillante responsable du Pôle Jeune Sarthe, accompagnée d’Antoine, son fidèle et intrépide assistant, ainsi que Damien, l’inimitable et aventureux garant de la Maison Scarron, suivi de son jeune compère Gaël, séminariste au grand cœur et à l’humour déconcertant. A toute cette tripotée bien trop âgé, me direz vous, se joignaient trois gais et jeunes lurons, Clément le légendaire bilingue chevelu et frisé, Arthur, le cadet de la troupe, mais qui en surplombait tous les membres par sa haute taille, et Pauline, la guillerette touriste acharnée.
Ils chevauchèrent leur fidèle minibus toute la journée durant, par delà les campagnes françaises et les collines allemandes, le cœur en fête et l’esprit taquin, pour arriver aux abords de Prague. Après moultes pérégrinations et multiples erreurs d’orientation, ils furent gracieusement accueillis par une délégation locale, rattachée à la communauté du sentier nouveau (ou Chemin Neuf). La soirée et la nuit furent calmes et paisibles, nos amis s’endormirent bercés par les douces berceuses de la lune tchèque.

18-07

Dimanche 19 Juillet

7h52 : lever. stop. Petit déjeuner fromager et charcutier. stop. 10h00 : messe. stop. Départ pour Prague. stop. Recherche active de boulangerie. stop. Écoute groupe celtique local. stop. Chaussures de troubadour. stop. Déjeunerau pâté. stop. Pain bio au rdv. stop. temps de Frat’. stop. Détour au marché français. stop. Surprise du jour bonjour. stop. Retour au fidèle destrier. stop. Le minibus. stop. Route vers Krakow. stop. Transpi et chants cathos de rigueur. stop. Merci l’Emmanuel et Hopen. stop. Orages récalcitrant. stop. Arbres déracinés sur l’autoroute. stop. Avons failli mourir 8 fois. stop. Nouveaux problèmes d’orientation stop. Merci Clément. stop. Sommes non attendus au séminaire. stop. Father Cristophe is not here. stop. Pluie battante. stop. Obtenons un lit tout de même. stop. Nombreuses négociations. stop. Dîner frugal. stop. Unique pomme. stop. Dodo. stop.

19-07

Lundi 20 Juillet

Cher journal,
Nous nous levons aujourd’hui en douceur et nous nous retrouvons pour partager un petit déjeuner fraternel dans une des chambres.
En route pour le musée ! Nous visitons l’ancienne usine de Schindler dédiée à la mémoire de l’occupation en Pologne. C’était très émouvant. S’en suit tout un tas de discussions plus intéressantes les unes que les autres sur le dît sujet.
Direction l’aéroport, ce sera le lieu du picnic. Après de nouveaux débats sur des questions nous tenant à cœur vient le temps de retrouver le père Johan. Il est directement venu de Loué en Avion. On rencontre en même temps un jeune homme nommé François que l’on emmène à Cracovie avec nous.
L’après midi est dédiée à la visite culturelle de la ville. Wouah ! Quelle beauté ! La cathédrale et le château de Wawel sont vraiment magnifiques ! On empreinte quelques rues sympas jusqu’à ce que quelques uns d’entre nous se lancent dans une intrépide aventure : trouver un logement. On frappe chez les sœurs dans un carmel, chez des frères Franciscains mais ce sont finalement les Dominicains qui nous fourniront le gîte. Il sont d’une telle originalité et d’une telle bonté ! Tous autant qu’ils sont, le frère Andrew, le père Grégoire, le père Thomas …
Ce soir là nous préparons la question triste d’Auschwitz (Mal, péché, mort). Un peu de travail sur les jours à venir le soir même et c’est au dodo !
Bonne nuit !

20-07

Mardi 21 Juillet

Lever aux aurores pour rejoindre Auschwitz. Arrivée à 8h pour nous inscrire à la visite guidée de 10h en Français. Ce qui nous laisse l’habituel temps de frat’ sur le « don désintéressé » (JP II).
Guide remarquable qui nous entraîne de block en block avec délicatesse et pudeur pour nous témoigner des horreurs nazies. Visite recueillie et silencieuse. 1ère visite du lieu pour 7 d’entre nous. Passage devant les montagnes de cheveux, les paires de lunettes, les brosses à cheveux, les montagnes de chaussure pour adultes et enfants. Notre guide nous détaille la mise au point méticuleuse et le processus « industriel » d’élimination du peuple juif en application de la « solution finale » décidée en 1942. Explication précise et terrifiante des chambres à gaz misent en oeuvre à Birkenau.
Un instant de grâce au cœur de l’horreur en passant devant le « bunker de la faim » où le père Maximilien Kolbe donna sa vie en accompagnant ses co-détenus vers la mort. Le summum du don désintéressé à l’image du Christ, en fidèle soldat de l’Immaculée. La visité s’achève à Birkenau où chacun peut prendre le temps de méditer et/ou prier en silence.
Une après midi ensoleillée bienvenue à Wadowice nous permet de marcher sur les traces de Jean Paul II (avec joie !) et de commencer à entrer dans le mystère de la miséricorde. Nous offrons toute notre journée et prions pour toutes les victimes du nazisme et des conflits en cours au Sanctuaire St Joseph en célébrant la messe.
Fin de journée : accueil toujours magnifique et fraternel des frères Dominicains. On écoute l’exposé de Damien sur Sainte Faustine lors du dîner.
Le soir : bières et cocas bienvenus dans Krakow by night !
Merci Seigneur !

21-07

Mercredi 22 Juillet

Oyez ! Oyez ! Mesdames et Messires,
Demoiselles et damoiseaux !

Chérissez oreilles et cornets,
Écoutez attentivement bravades et aventures
De la joyeuse et gaie Fraternité
Des Pèlerins de la Providence.

C’est au cœur du majestueux Royaume de l’Est,
De la Sainte Mère Patrie,
Pologne libre et indépendante,
Que notre fidèle ménestrel retrouve nos 8 compagnons.

Il faut le dire ici ou là,
Leur Royaume vient d’ailleurs où l’Esprit va.
Tout Puissant est leur Roi
Tout Miséricordieux de surcroît.

Qu’elle est belle leur sœur,
Par son témoignage touche leur cœur.
Lywiana est son nom,
Sainte Faustine son aplomb.

Au sanctuaire de la divine Miséricorde,
Lieu de vie et d’accueil,
Dans le regard de Jésus tout concorde,
En lui notre confiance libère de tous écueils.

Entre crainte et tremblements,
Quelques pleurs et grincements de dents,
Nos fidèles lurons sonr repartis,
Explorer les mines de sel, enhardis.

Encore un mètre et deux et trois,
Se retrouvant enfouis 135 mètres plus bas.

Devant le spectacle que voici,
Non ! Le sel ne s’est pas affadi.
Mais en son vaste creux s’ouvre la lumière
D’une majestueuse chapelle transfigurée par leur prière.

Quand le jour baisse et vient le soir,
De Nutella emplissant leur panses,
La présente heure est au départ.
Direction Czestochowa avec la Providence !

La charité fraternelle est au rendez vous,
De ceux qui ne l’attendent pas.
Il est bon ce couple du Jura
Qui les héberge un point c’est tout !

Sous la voûte d’un manteau étoilé,
Notre compagnie devient communauté
Par l’unité du Sacré Coeur
Le Christ Jésus Notre Seigneur.

Échappées belles : Les mines de sel de Cracovie.

Nous retrouvons notre envoyé spécial en Pologne. Il s’est enfoncé dans les profondeurs de la terre, au cœur des mines de sel de Wieliczka, et va interroger quelques visiteurs. À voir leur mine réjouie, la visite semble être des plus fameuse !

Antoine jeune français casse-cou et dynamique :
 » Dés que je suis rentré j’ai été émerveillé par la splendeur des lieux (accent marseillais et étoiles dans les yeux). Il faut dire que le sel a toujours été ma passion, à dire vrai le gros sel particulièrement ! Pour moi il y a un Avant et un Après Wieliczka… Disons simplement que j’ai vécu une expérience bouleversante ! »
Arthur, adolescent insousciant et un peu blasé :
 » Alors euh bonjour. Moi j’ai bien kiffé les mines y a eu des spectacles avec euh, de l’eau et du feu … C’était frais aussi de se perdre dans la mine avec mon poto Damien.  »
Clément l’intellectuel et romantique frisé.
 » J’ai toujours trouvé l’ambiance minière des plus bucolico-dramatique. Cette atmosphère a su transcender mon esprit, j’ai d’ailleurs composé une ode au sel :
« Ô sel, suspends ton vol
Et vous eaux salées suspendez votre lit »
Clément Fautrad.
Voilà  »
Gaël, jeune séminariste, chanteur et perché :
 » Vous voyez si je n’avais qu’une seule chose à retenir de ce voyage à la Jules Verne, c’est la fameuse figure des Sept Nains, magnifiquement représentée dans cette sculpture qui n’a d’égal que l’ineffable transcendance de la Sainte Trinité. En parcourant ce dédale, me revien la question ultime : « Est-ce que tu pr éfères toute ta vie (mais vraiment toute ta vie hein!) être suivi par 10 canards ou avoir des bras en mousse ?!  »
Marie, trentenaire (ou presque!), hyperactive ùais qui se laisse porter :
 » Je suis hyper déçue, j’ai perdu 3 heures alors que j’avais 1000 trucs à faire … Mais bon c’est TRÈÈÈS BIEN, ça c’est fait ; C’EST SÛR je le referai pas ! En tout cas j’ai été utile, je fermais la marche et j’ai pris des photos …  »
Damien, grand pédagogue, futur instit’ :
 » Fantastique visite, l’organisation polonaise est remarquable : on ne s’est presque pas perdus ! Si j’ai aimé cette après midi ? Alors, EN FAIT oui et non, voire plutôt non pour être honnête, mais Y A PAS DE SOUCIS, je pense que chacun, je dirais même tout un chacun, doit se sentir libre, après t’aime ou t’aime pas quoi !  »
Père Johan, que nous confions à la Vierge Marie :
 » Moi c’qui m’a fait kiffer c’est la chapelle à 300 m de profondeur : je rêve de célébrer la messe là-bas ! C’est plus grand que l’église de Loué ! Par contre, après passée l’étape de la chapelle, j’étais pressé de sortir !  »
Pauline, fashion victime addicte depuis 18 ans.
 » Je me souviens déjà plus trop de la mine, je vous avoue que j’ai passé presque toute la visite à la boutique … Quelle profusion ! Je rapporte avec moi des statuettes, des sels de bain, du sel de cuisine, une lampe, des pendentifs en cristaux de selabsolument sublimes, une épée en bois (ça je ne sais pas bien pourquoi mais c’était à la boutique alors …).  »

C’est la fin de notre reportage, nous espérons vous avoir donné envie d’aller aux mines de sel de Wieliczka !

22_07

Jeudi 23 Juillet

Un beau matin en Pologne, il fait frais à 8h00 du mat’, il fait 32° !
Au programme de l’histoire de nos 8 compagnons une rando dans le Jura Polonais sous la chaleur écrasante de ce beau jour d’été ! Ils s’attendais à ce que la région soit peu hospitalière et bien montagneuse. Cependant ils y trouvèrent un bel accueil et un paysage valonné sans trop de pics ardus. Á 10h00 de ce matin là leur est offert de célébrer la messe dans une clairière entre forêt et rivière. S’en suit un temps d’adoration au plus près de la création. Les pieds mouillés et raffraichis par l’eau de la rivière nos fiers compères s’en vont terminer leur balade. Arrivant au minibus commence la pratique du Molkky qui pa perdurer les jours suivants. Le gagnant restera toujours le même. Puis en avant vers Tchess .. euh non … vers Chestoro … non plus … vers Czestochowa, le cœur de l’identité spirituelle de la Pologne. On l’appelle la Lourdes Polonaise. Au programme : confier le pélé et les JMJ à la Vierge Marie, réunion de préparation des journées en diocèse avec le responsable local , Alexander. S’en suit une belle soirée au resto avec des serveuses vraiment drôles ! Un endroit à retenir pour l’année suivante, on peut y découvrir de bonnes spécialités polonaises. Ce furent rires, selfies et danses qui furent partagés ce soir là. La nuit fut passée dans le gymnase d’une école de la ville.

23-07

Vendredi 24 Juillet

Après notre arrivée à Czestochowa et notre entrevue avec la célèbre Vierge noire (icône de la ville), nous nous réveillons au sein de ce gymnase surchauffé dans lequel nous avons été hébergé. La journée commence par un temps de louange avec les jeunes du pré-forum de la communauté de l’Emmanuel. Un temps émouvantoù Polonais et Français, nous avons chanté les mêmes chants, chacun dans notre langue.
Une bonne parie de la matinée a été occupée pas l’écriture de 36 cartes postales à tous les prètres de la Sarthe pour les inviter aux JMJ. Puis après une dernière visite à la Vierge noire, nous voilà partis pour Niepokalanov. Après un long trajet à travers la campagne Polonaise nous arrivons enfin à la cité de l’Immaculée. Le monastère est occupé par 300 Franciscains !
Nous y célébrons la messe et nous visitons la chambre de St Maximilien Kolbe. Suite à une petite discussion nous décidons de passer moins de temps sur le site pour arriver plus tôt à Paderborn. Nous reprenons donc la route et disons au revoir à la Pologne. Après quelques heures de route nous décidons de nous arrêter au bord de l’autoroute pour passer une nuit à la belle étoile !

24-07

Samedi 25 Juillet

5 heures de sommeil seulement. Nous nous réveillons et en somnolant nous reprenons la route. Arrivés à Paderborn vient le temps du repos et nous profitions d’une bonne douche avant les grandes vêpres de la Saint Liboire. Vers 15h nous nous rendons à la cathédrale de la ville pour admirer les reliques du dît saint sortir de la crypte. Après cela nous gagnons une autre église pour assister à une messe entre français. Il y avait 1 prêtre pour chaque membre de l’asssemblée, situation amusante. Puis nous flanons sous vent et pluie et décidons de sortir dîner avec Mgr. Yves Le Saux. Après une heure de recherche nous ne trouvons que des restaurants pleins. Nous décidons donc de partager un kebab. Rien de plus normal avec un évêque ! Après cela nous rentrons à l’aumônerie des étudiants, notre logement. Et nous nous endormons tous ensemble sans penser aux ronflements de chacun !

25-07

Dimanche 26 Juillet

Réveil dur dur, tôt le matin, pour être à l’heure à la messe solennelle à la cathédrale. Ladite messe est quelque peu longuette, mais il faut l’admettre assez stylée, avec un grand choeur de jeunes garçons, et tout en latin et en allemand.
Nous chantons à plein poumon « Sankt Libori » puis nous quittons la cathédrale pour suivre la grande et belle procession de la Saint Liboire qui serpente. C’est le signal pour les baraques à saucisses, bières et autres douceurs qui n’attendent que le passage du cortège pour présenter leurs étalages biens garnis aux piétons affamés et assoifés. Nous nous installons donc pour déguster de délicieuses « Bratwurst », avant de nous échapper de Paderborn pour l’après midi, pour nous retrouver un peu entre compagnons de voyage. Nous roulons en direction d’un chouette lac, la baignade réjouit nos cœurs et nos corps !
Après un dernier temps de frat’ puis de partage, très riche, nous rentrons à l’aumônerie. Là un bon dîner avec les étudiants allemands nous attends, nous rencontrons plusieurs jeunes très sympas ainsi que leur aumômier le père Niels, ils nous ont organisé un barbecue, nous leur apprenons alors le molkky. La soirée se termine par des chants français et allemands qui ravissent Manceaux et Paderborner ! Et vite au lit dans la pièce d’en dessous.

26-07

Lundi 27 Juillet

Voilà notre dernière journée à Paderrborn pour fêter Saint Liboire ! Nous nous réveillons encore pour une importante messe intitulées : messe des français. Impossible de manquer à notre devoir et de risquer un incident dimplomatique, nous nous y rendons avec joie et fierté ! Voilà une belle messe de semaine avec plus d’évêque qu’on ne peut en compter sur les doigts de deux mains ! Notre groupe est ensuite convié à un verre de l’amitié à l’évêché, champagne et bière sont de rigueur, nous sommes en Allemagne tout de même.
Après cela nous sommes invités au Liborianum (l’équivalent de notre centre de l’étoile) pour partager un bon repas avec la communauté allemande. Nous sommes bien servis. On enchaine alors sur une réunions top secrète de la plus haute importance avec la délégation allemande préparant notre passage à Paderborn avant les JMJ.
Vient le temps de l’amusement avec les tours de manèges à la fête forraine pour vivre pleinement cette grande fête ! Les auto tamponeuses nous premettent de régler nos comptes. Le manège rapide et tournoyant quand à lui nous remet les idées et l’estomac bien en place. Certains d’entre nous mirent bien une heure à s’en remettre.
Les vêpres en allemand et latin suivent de près cet audacieux tour de manège. Encore une fois nous chantons à plein poumons l’hymne de la Saint Liboire. S’en suit directement une belle réception organisée par la fraternité Saint Liboire au Liborianum. Nous est proposé alors une longue et intéressante conférance sur le sujet des réfugiés en Europe. Après cela les réjouissances commencent et chacun peut aller se servir au buffet bien garni. Le repas est source de rencontre fraternelle avec nos voisins allemands, on y concède volontiers rires et témoignages.
La fête prends fin avant minuit et nous rentrons donc nous coucher pour être fin prêt à retourner en France le lendemain.

28-07

Mardi 28 juillet

Réveil aux aurores pour célébrer la messe à l’aumônerie et tout de suite emprunter le minibus pour rentrer au Mans. Sur la route ce ne sera que chants, rires et souvenirs ! Dernier temps de relecture du pélé, et dernières prières à la Vierge Marie au sein de notre communauté. Une pointe de tristesse pour nous tous. L’important est de penser au lendemain et de nous servir de tous ce que l’on avait vécu et appris pour les transmettre à nos futurs amis des JMJ ! Après la Belgique puis Paris nous arrivons enfin en Sarthe pour nous dire au revoir à notre point de départ, le parking de l’église Notre Dame du Pré !

28-07(2)